×

Avertissement

This parser only supports VCARD and VCALENDAR files

Récits des sorties

Beaufortain - 17 au 19 mars 2023 - Weekend Initiation Ski de randonnée

Trois belles journées dans un cadre incroyable pour s’initier au ski de randonnée ! Semées de quelques embûches quand même : annulation du train, il faut un peu chercher la neige (et donc porter les skis sur le dos une partie de la montée), une journée de mauvais temps où il fallait y croire…

Jour 1 - Vers Roche Parstire

Après une courte nuit dans un Formule 1 de bord d’autoroute et un ravitaillement pique nique à Arêches, on se gare aux alentours du village de Boudin, au bout de la section ouverte de la route qui monte vers le col du Pré. Départ du jour : 1385m, 12h, et il fait bien chaud, pas une trace de neige dans les alpages ! On découvre que dans ski de rando, il y a rando, et c’est avec le matos sur le dos que nous commençons à monter dans les alpages vers le col du Pré.

Beaufortain 1

Petite suée dans ces pentes herbeuses relativement raides, il fait aussi chaud qu’en rando d’été. Ce n’est qu’au col du Pré, 1703m, 13h, que l’on trouve de la neige, et nous croisons un couple qui est en train de déguster une fondue dans la neige, avec la vue sur le Mont Blanc que l’on ne quittera pas de la journée. Un petit moment de découverte du fonctionnement des fixations Low Tech, de l’installation des peaux, et c’est parti pour les premiers pas en ski et les premières conversions ! Nous montons tranquillement le long des crêtes en direction de Roche Parstire, et décidons de faire la pause pique nique au niveau de la stèle des Grands Plan, 1961m. Vue imprenable sur le Mont Blanc et le lac de Roselend, sous un grand soleil.

Beaufortain 2

La pente s’accentue sur la suite de l’itinéraire, il est 15h, nous décidons de ne pas aller plus loin, mais de profiter du temps qu’il nous reste pour faire un exercice de recherche DVA. Après avoir labouré une pente de neige pour simuler une coulée d’avalanche, chacun peut tour à tout faire l’exercice de recherche. Grand succès, tous trouvent le DVA au bout d’environ 8 minutes !

Beaufortain 3

C’est le moment de se rendre compte que la théorie c’est bien, mais la pratique pose plein d’autres sujets : faut-il prendre le temps de passer ses skis en mode descente ? Faut-il marcher plutôt que skier ? Ne pas oublier de bien verrouiller la sonde ! etc…

Une fois l’exercice terminé, redescente tranquille en skis dans une neige lourde pas évidente à skier vers le col du Pré, puis retour à la voiture en marchant le long de la route fermée. Au final, 600m de dénivelé pour la première journée, c’est pas mal ! Et un bon itinéraire plutôt facile pour découvrir la technique du ski de rando. C’est l’heure d’aller récupérer les clés de notre logement à Beaufort et de faire les courses pour les deux soirées que nous y passerons !

Jour 2 - Le Grand Mont

Le grand classique du coin, c’est le Grand Mont, et ce serait dommage de s’en priver ! Problème, au départ d’Arêche, c’est 1 600m de montée… Une paille pour tous les adeptes de ski-alpinisme qui s’entraînent pour la Pierra Menta, mais un peu ambitieux pour nous ! Heureusement la station d’Arêche vend des forfaits piétons qui nous permettent de tricher et de prendre deux télésièges pour commencer notre rando en haut du télésiège des Bonnets Rouges à 2037m. On met les peaux à 10h et on s’engage en direction du col de la Forclaz (encore un !) le long de l’itinéraire balisé ski de rando de la station. Quelques “collants-pipettes” nous doublent en courant sur leur skis, on les laisse passer bien volontiers.

Beaufortain 4

Arrivés au col à 2 374m, on sort du domaine skiable pour continuer la montée. Pas mal de monde qui randonne dans le secteur, mais la vue se dégage petit à petit pour dévoiler un panorama sublime sur tout le Beaufortain et sur une bonne partie de la Vanoise. Pause pique nique autour de 2 500m sous un grand soleil, et on continue l’effort en direction du sommet qui apparaît après quelques croupes et faux cols.

Beaufortain 5

On arrive à 14h au Grand Mont, à 2 686m. Joie d’arriver au sommet, la vue est superbe, et l'arête enneigée derrière la croix du sommet donne une ambiance de haute montagne. 

Beaufortain 6

Photos, petite sieste au soleil sur les rochers du sommet, et c’est parti pour 1 600m de descente ! Comme hier, la neige, même à cette altitude, est lourde et pas franchement agréable à skier, et ça se finit carrément dans de la soupe lorsqu’on arrive en station. Une bonne bière pour clôturer cette journée, avec 650m de D+, et la sensation d’avoir fait un sommet à skis !

Jour 3 - Vers Roche Plane

Changement d’ambiance pour cette journée, au réveil les nuages accrochent déjà les sommets et s’abaissent à vue d'œil. Nous décidons de ne pas prendre trop d’altitude pour éviter le brouillard et de choisir un itinéraire en forêt. La difficulté est qu’il n’y a quasiment pas de neige sous 1700m, la fenêtre est étroite ! On espère que la forêt aura gardé un peu de neige au sol à des altitudes plus basses.

Direction Roche Plane, on se gare à 1 300m dans les lacets au-dessus des Maisonnettes et on commence la marche à pied, skis sur le dos, sous une pluie qui s’intensifie petit à petit. Bon…on continue, vraiment ?!

Beaufortain 7 Beaufortain 8

On remonte tout l’alpage en quête de neige suffisamment épaisse pour mettre les ski et ce n’est que lorsqu’on arrive à l’orée de la forêt que l’on peut peauter sous les sapins autour de 1 550m.

Heureusement, l’itinéraire au milieu des sapins est chouette, cela change d’ambiance par rapport aux jours précédents, et la couche de neige s’épaissit rapidement, nous permettant de faire nos propres traces. La pluie s’est aussi transformée en neige, cela rajoute une ambiance nordique. On traverse des clairières, de petits lacs gelés, et on côtoie des chalets d’alpages nous rappelant qu’on est bien sur les terres de fabrication du Beaufort, et on décide de s’arrêter à la fin de la forêt, à 1 823m. Au dessus ce n’est de toutes façons que du brouillard.

Beaufortain 9

La redescente en skis est technique, il faut se frayer un chemin entre les sapins et éviter les plaques de terre. On rejoint la voiture en terminant à pied, dans les alpages détrempés par la pluie. Malgré la météo pas top et le manque de neige, on est contents d’avoir quand même pu faire une sortie aujourd’hui, même si elle se termine par un nettoyage des chaussures pour en enlever toute la boue de la marche !

Beaufortain 10

Sainte-Victoire - 27 au 30 janvier 2023

 Sainte Victoire 1
 Sainte Victoire 2
 Sainte Victoire 3
 Sainte Victoire 4
 Sainte Victoire 5
 Sainte Victoire 6
 Sainte Victoire 7
 Sainte Victoire 8
Sainte Victoire 9

Sainte Victoire 10

Sortie Destel - 15 au 20 novembre 2022

 Comme l’a dit un nouvel adhérent qui participait à sa première sortie « L’escalade dehors, c’est vraiment super ! ».
 

PB190459 2

 Cette fois, nous étions dans les gorges du Destel, proches de Toulon. Beau rocher gris, ni patiné, ni instable avec des surfaces variées en gouttelettes ou réglettes. Le site comporte assez de voies (de 1 à 8 longueurs) dans le 5 pour s’occuper lors de notre virée de 5 jours. Avec même une 2c !! Pour vous donner une idée, ça peut se grimper avec les mains exclusivement en adhérence. Les voies sont bien protégées (un clou tous les 2 mètres, parfois moins dans les passages difficiles). Les marches d’approche allaient de 10 à 40 minutes et l’escalade, toujours sous un super soleil (enfin, sauf en début de matinée, vu qu’il tarde à atteindre le fond de la gorge !).
PB190592_2.jpg
 
Pour l’ambiance (au dire des nouveaux, conviviale, coopérative, accueillante et bienveillante), vu nos journées on a fait l’impasse sur les dancefloor, mais ça swinguait quand même pas mal autour de la table, le soir, à l’apéro ! Pour les repas, chaque soir, un·e chef·fe pour le plat et pour le dessert et chaque fois, que du fait maison. Alors, au prix des 5 jours de grimpe (environ 250 euros, voyage compris), surveillez vos boîtes mail pour ne pas rater les prochaines annonces !!
 

PB190642 2

 Alex

Hauteroche - Week end initiation 15-16 octobre 2022

d:\scorteville\Downloads\20221016_091500.jpg

 

Vendredi 14 octobre, soir de pluie, départ de Paris pour 3h de covoiturage. 

Arrivée au Gîte, énorme et confortable manoir, où même à 30 on a l’embarras du choix pour trouver sa chambre ou son dortoir.

Samedi, Hauteroche nous voilà !

Enfin, presque, car la pluie du matin nous a surtout permis de faire connaissance entre nous et de parcourir Alésia en rando « sur les traces de Vercingétorix ».

Après un bon pique-nique, et suivant un groupe d’éclaireurs courageux, nous voilà aux pieds des falaises de Bourgogne, pour une découverte  « rocher », mais également « roche humide »… Suffisant pour quelques initiations et surtout un suivi « sur-mesure » de nos encadrants !

Dîner « les pieds sous la table » (merci au cuisinier de Hauteroche) de blanquette ou gratin de légumes et soirée discussions et jeux de société, car une sortie escalade, c’est aussi beaucoup de fun.

Dimanche,

Il fait beau… Donc départ tôt (9h !!) pour une grande et longue journée de grimpe.

Belle roche, beau panorama au sommet, et surtout des voies pour tous les goûts et niveaux !

(bon, faut pas non plus être trop susceptible sur les cotations des voies et accepter de baisser un peu son niveau de salle)

Bref, un grand merci aux organisateurs/encadrants qui se sont pliés en 4 (et ont fait preuve d’une patience hors pair) pour nous offrir cette découverte !

Une sortie qui en appellera d’autres ;-)

Vous êtes ici : Accueil Les sorties Les récits